Vous êtes ici : Les dossiers de Senior Magazine > Santé & Bien-être > Ostéoporose : comment se soigner ?

Ostéoporose : comment se soigner ?

Ostéoporose : comment se soigner ?

Deux à trois millions de Françaises seraient touchées par cette maladie. Pour reconstituer le capital osseux et éviter le risque de fracture, il existe plusieurs sortes de médicaments.

L‘ostéoporose est une maladie de los. Perdant peu à peu de sa densité, il devient fragile et se casse facilement. Le but du traitement est d’augmenter sa résistance, donc d’éviter les fractures.

Celles-ci peuvent être particulièrement graves à partir d’un certain âge, surtout si elles se situent au niveau des vertèbres et du col du fémur.

En perdant leur autonomie, les personnes âgées voient leur espérance de vie diminuer. Des études ont montré que le risque de décès augmente malheureusement après une fracture de la hanche.

Quel examen permet le diagnostic ?

Le diagnostic est établi à partir d’un examen ostéodensitométrique.

Plusieurs méthodes existent. La densitométrie biphotonique aux rayons X mesure la densité de los au niveau de la hanche ou des vertèbres lombaires.

C’est la méthode couramment utilisée en France. Mais une autre technique, qui fait appel aux ultrasons, se développe. La mesure s’effectue au niveau du talon. Les deux examens sont absolument sans douleur.

En France, l’ostéodensitométrie, qui coûte selon les endroits où elle est pratiquée entre 46 et 183 € environ ; elle est prise en charge partiellement (remboursée à 70 % sur la base d'un tarif fixé à 39,96 €).

Qui devrait le pratiquer ?

Les femmes ménopausées sont concernées au premier chef, car la densité de l’os est liée à la production d’œstrogènes dans l’organisme. Dès que cette production diminue, l’os devient plus fragile. Deux à trois millions de Françaises seraient touchées par cette maladie. Mais à partir de 60-65 ans, les femmes ne sont pas égales face à l’ostéoporose. Certaines ont un risque supplémentaire d’avoir la maladie.

Il faut d’abord prendre en compte un facteur héréditaire. Celles dont la mère s’est fracturé un membre à cause de l’ostéoporose ont tout intérêt à demander un dépistage. La ménopause précoce et la puberté tardive sont aussi des facteurs de risque, ainsi que la minceur, la prise régulière de corticoïdes, les carences en vitamine D et en calcium, l’immobilité prolongée, le tabagisme et l’alcoolisme. Enfin, une étude récente laisse entendre que la dépression pourrait faciliter la survenue d’une ostéoporose.

Les hommes sont-ils aussi touchés ?

Un homme sur huit est atteint d’ostéoporose après 50 ans, alors que la maladie touche une femme sur trois dans la même tranche d’âge.

Les facteurs de risque sont sensiblement les mêmes.

De quels traitements dispose-t-on ?

Le traitement hormonal substitutif (THS). Recommandé aux femmes ménopausées, le THS freine la perte osseuse. Il prévient et soigne l’ostéoporose. Les hormones du THS ont des avantages et des inconvénients : elles augmentent de manière significative la densité osseuse et agissent sur d’autres tissus. Bénéfiques sur les symptômes de la ménopause, elles seraient efficaces en prévention des accidents cardiovasculaires et de la maladie d’Alzheimer.

Mais si le traitement est mal adapté, il y a un risque de saignements vaginaux, de prise de poids, de tension des seins et une légère augmentation du risque de cancer du sein, d’après des études épidémiologiques.

Le raloxifène. C’est le médicament le plus récent. Il s’agit d’un SERM (selective estrogen receptor modulator) qui agit en augmentant la masse osseuse. Des études ont montré qu’après trois ans de traitement, le raloxifène diminue le risque de fracture vertébrale de 55 %. Mais son efficacité sur la hanche n’a pas été prouvée. Il faut souligner que le raloxifène diminue significativement le risque de cancer du sein (contrairement au THS), n’augmente pas le risque de cancer de l’endomètre et réduit le taux de cholestérol.

Le calcium et la vitamine D. Ces deux nutriments aident à constituer le capital osseux dès le plus jeune âge. Ils complètent de manière efficace les traitements de l’ostéoporose. Divers médicaments sont à base de ces deux principes actifs. Par ailleurs, le calcium est présent en quantité importante dans les produits laitiers. Un apport de 1 000 à 1 500 mg par jour est recommandé. La vitamine D est présente dans les huiles de foie de poisson, dans certains poissons gras, le jaune d’œuf et le beurre. Elle est surtout synthétisée par la peau sous l’action du soleil.

Combien de temps faut-il se soigner ?

L’idéal serait de continuer le traitement pendant plus de trois ans afin de consolider la masse osseuse. Mais il n’est pas facile de prendre des médicaments à long terme.

On peut arrêter le traitement au bout de deux ou trois ans, en incitant le patient à continuer de prendre du calcium et de la vitamine D. Il faudra refaire une ostéo densitométrie deux ans après l’arrêt du traitement pour voir s’il y a une reprise de l’ostéoporose.

Sources :

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Partagez votre expérience, donnez votre avis !

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller ou à recopier : BN4xfT

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Continuer votre lecture