Vous êtes ici : Les dossiers de Senior Magazine > Famille & Société > Héberger son parent chez soi : précautions, avantages, conseils

Héberger son parent chez soi : précautions, avantages, conseils

Héberger son parent âgé chez soi rassure dans le sens où on ne le sait pas seul et où on le sait en sécurité. Cette situation a aussi des avantages financiers dans certains cas. Toutefois, c’est une décision qui doit être mûrement réfléchie car la vie de famille ou de couple peut être fortement perturbée.

Héberger son parent chez soi : précautions, avantages, conseils

De plus, certains soins qui doivent être apportés aux personnes dépendantes comme la toilette ou les changes sont parfois difficiles à réaliser quand il s’agit d’un proche. Avant d’opter pour cette solution, il est important de bien réfléchir aux conséquences de cette situation qui peut ne pas avoir que des avantages.

Les bonnes questions à se poser

Vouloir accueillir à son domicile un parent âgé n’est pas une décision qui se prend à la légère. Des questions matérielles se posent d’abord : l’habitation est-elle assez grande et bien adaptée pour héberger une personne dépendante ou handicapée qui nécessite des aménagements et des équipements particuliers le plus souvent ? Il faut également avoir en tête qu’un parent âgé chez soi demande d’avoir du temps à lui consacrer. D’autre part, toute la famille vivant sous le même toit doit être informée et doit pouvoir donner son avis sur la venue d’un nouvel occupant, même s’il est un proche, il bousculera forcément la vie de famille. Les proches (frères, sœurs, etc.) sont aussi à prendre en compte : leur accord est préférable à obtenir au préalable pour ne pas entraîner de conflits familiaux plus tard. Dans tous les cas, il est important de fixer des règles de vie commune dès le départ pour que chacun trouve sa place.

Pour que la cohabitation fonctionne le mieux possible, il est nécessaire de garder à l’esprit que le parent accueilli ne doit pas être surprotégé. D’abord, parce qu’en général, il ne le demande pas et a plutôt peur de gêner, ensuite, parce que dépendance ne doit pas rimer avec perte de liberté pour la personne âgée. Au contraire, l’associer à certaines tâches domestiques la valorisera.

Quelles aides pour accueillir un proche chez soi ?

Si le parent que vous hébergez bénéficie déjà de l’allocation personnalisée d'autonomie (APA), il peut continuer à disposer de certains services prévus dans le plan d’aide obligatoirement associé au versement de l’APA, comme par exemple une aide à domicile. Il suffit de prévenir le conseil départemental qui verse cette allocation, ou celui dont dépend la nouvelle résidence, de la nouvelle adresse du bénéficiaire. Si la personne âgée n’avait pas l’APA, même hébergée chez des proches, elle peut en faire la demande. Les caisses de retraite peuvent aussi proposer des aides dans ce cas. Certains conseils départementaux prévoient aussi des aides extralégales (plus favorables que la loi) aux personnes qui hébergent leur parent à domicile.

Si vous bénéficiez déjà d’une allocation logement versée par la CAF et que vous hébergez un parent d’au moins 65 ans, il peut être considéré à votre charge et cette allocation sera revue en tenant compte de sa situation.

Les avantages fiscaux

Les services fiscaux peuvent prendre en compte le fait d’héberger un parent âgé à son domicile et offrir des avantages sous certaines conditions :

  • une majoration du nombre de parts si le proche hébergé est titulaire de la carte d’invalidité. Dans ce cas, une part supplémentaire est attribuée pour le calcul des impôts, mais le revenu du parent doit être ajouté à celui du membre de la famille hébergeur.
  • une déduction du revenu imposable d’un montant plafonné à 3 407 euros au titre des pensions alimentaires si vous accueillez votre parent de 75 ans et plus à titre gratuit et de manière permanente. Dans ce cas-là, la personne hébergée ne peut pas être comptée à la charge de son enfant pour les impôts.

Devenir salarié de son parent hébergé

Il n’existe aucun statut officiel qui donne droit à une reconnaissance et encore moins à une rémunération pour les personnes qui hébergent et aident leurs parents âgés. Cependant, il est possible d’être employé par son proche en tant qu’aide à domicile. Si le parent âgé bénéficie de l’APA, la loi l’autorise à salarier l’enfant qui l’héberge comme aide à domicile. Dans ce cas, son allocation lui permet de lui verser une rémunération à condition que l’utilisation de ces sommes soit conforme au plan d’aide lié à l’APA et de le justifier auprès du conseil départemental. Ce statut permet à l’aidant de cotiser pour la retraite et de bénéficier d’une protection sociale.

Devenir salarié de son parent hébergé implique cependant des droits et des devoirs : la personne âgée ainsi aidée devient employeur avec toutes les obligations qui en découlent (déclaration de l’embauche à l’Urssaf, fourniture de fiches de paie, paiement des cotisations sociales, gestion des congés, médecine du travail, etc.).

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Partagez votre expérience, donnez votre avis !

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller ou à recopier : 9SuQvu

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Continuer votre lecture