Vous êtes ici : Les dossiers de Senior Magazine > Santé & Bien-être > Les problèmes urinaires des séniors : quels sont-ils, symptômes, traitements

Les problèmes urinaires des séniors : quels sont-ils, symptômes, traitements

Les problèmes urinaires des séniors

Les problèmes urinaires, sujet encore trop souvent tabou, peuvent concerner l’ensemble de la population. Mais, plus on avance en âge, plus ils peuvent être fréquents. 2,6 millions de personnes de plus de 65 ans sont par exemple touchées par l’incontinence urinaire en France selon les chiffres de l’Assurance maladie.

Pour les séniors, ces troubles urinaires ont des conséquences graves dans leur vie familiale et sociale de tous les jours. Ces soucis de santé ne sont pourtant pas une fatalité : il existe des traitements pour soigner certains troubles urinaires et améliorer la qualité de la vie des séniors.

Les différents types de problèmes urinaires

L’incontinence

L’incontinence, ou fuite urinaire, peut résulter, notamment chez les séniors, d’un handicap physique ou mental qui entraîne une perte de l’autonomie. On distingue plusieurs types de fuites urinaires :

  • l’instabilité vésicale : elle est due à la contraction involontaire de la vessie qui entraîne des fuites urinaires imprévisibles ou des envies d’uriner nombreuses et urgentes, surtout la nuit.
  • l’incontinence d’effort : ces fuites urinaires sont dues à une faiblesse des muscles de la vessie (les sphincters) qui bloquent et débloquent l’urine. Elles se manifestent à l’occasion d’un effort qui exerce une pression dans le bas-ventre tels qu’un éternuement, une toux, le rire ou une activité sportive. Cette incontinence d’effort est plus répandue chez la femme.
  • la miction par regorgement : il s’agit d’un problème lié à un mauvais fonctionnement de la vessie qui se vidange régulièrement involontairement et sans besoin.

L’incontinence urinaire est favorisée par le vieillissement (affaiblissement des muscles du plancher pelvien, les maladies d’Alzheimer ou de Parkinson, la consommation de certains médicaments), par la réduction de la mobilité due à une maladie physique ou psychique et, chez les femmes, par la ménopause en raison de la chute hormonale oestroprogestative.

La dysurie

Cette maladie est un dysfonctionnement de l’évacuation de l’urine. Elle se manifeste de plusieurs manières. Soit la miction (évacuation de l’urine) demande un délai anormal de plusieurs secondes. Soit la vessie met du temps à se vidanger, symptôme qui apparaît normalement avec l’âge mais si la miction dure plus d’une minute, on parle de dysurie. Soit la miction se fait par intermittence et demande à faire des efforts pour la reprendre. Soit, enfin, l’évacuation de l’urine est douloureuse, signe d’une infection des voies urinaires.

La pollakiurie

La pollakiurie se caractérise par le fait d’avoir besoin d’uriner à une fréquence anormale et en petites quantités. Ces symptômes se manifestent autant le jour que la nuit. Cette maladie peut être due à une contraction anormale de la vessie. Elle est fréquente surtout chez les femmes âgées. Chez les hommes, la pollakiurie est souvent due à des troubles de fonctionnement de la prostate ou à un rétrécissement de l’urètre.

Le blocage urinaire

Ce problème urinaire se traduit par une rétention aiguë de l’urine et l’impossibilité d’aller aux toilettes. Ce symptôme, très douloureux, doit être traité en urgence médicalement par un drainage de la vessie par sonde ou ponction.

Les traitements des problèmes urinaires

Source d’isolement social et familial, de repli sur soi pour les séniors, les problèmes urinaires sont aussi la troisième cause d’entrée dans une institution pour personnes âgées. Pourtant, ils ne sont pas une fatalité et des traitements existent pour les soulager, voire les traiter.

Un diagnostic médical nécessaire

La prise en charge médicale des personnes âgées qui souffrent de troubles urinaires est indispensable. Après un entretien sur les origines et le contexte des problèmes urinaires de la personne, le personnel médical propose différents tests notamment via une bandelette urinaire qui permet de diagnostiquer et de surveiller certaines maladies liées à l’appareil urinaire, comme les infections par exemple.

Les traitements à suivre

Une fois diagnostiqués, les problèmes urinaires, dont notamment l’incontinence qui est le trouble le plus répandu, peuvent être traités de plusieurs manières :

  • la rééducation : elle permet de renforcer les muscles du plancher pelvien (rééducation périnéale), mais elle concerne aussi en une rééducation de la marche pour pouvoir accéder plus facilement aux toilettes.
  • les médicaments : il peut s’agir par exemple d’un traitement hormonal local.
  • les traitements chirurgicaux comme le pacemaker vésical qui joue un rôle au niveau neurologique, le sphincter artificiel, des injections intra-urétrales, la mise en place chez la femme d’un ballon en silicone qui limite les fuites urinaires, ou encore l’injection de botox particulièrement efficace pour certaines formes de l’incontinence urinaire.

En parallèle de ces traitements, l’utilisation de protections absorbantes permet aux séniors de reprendre une vie normale, de sortir de chez eux, d’avoir des activités physiques ou culturelles sans crainte d’un incident urinaire.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Partagez votre expérience, donnez votre avis !

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller ou à recopier : ZvvenW

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Continuer votre lecture