Vous êtes ici : Les dossiers de Senior Magazine > Finance & Patrimoine > Pourquoi il est difficile d'emprunter passé un certain âge ? Quelles solutions ?

Pourquoi il est difficile d'emprunter passé un certain âge ? Quelles solutions ?

Il n’existe aucune limite d’âge légale pour emprunter. Mais faire un crédit pour par exemple acquérir un bien immobilier devient plus compliqué avec l’âge. Les conditions et les durées d’emprunt n’ont en effet rien à voir quand on est retraité ou que l’on dépasse les 65 ans avec celles appliquées aux personnes plus jeunes et encore en activité.

Pourquoi il est difficile d'emprunter passé un certain âge ? Quelles solutions ?

Des conditions d’emprunt spécifiques pour les seniors

Lorsque l’on a recours à un emprunt, il faut ensuite rembourser le capital versé ainsi que les intérêts. Soit le capital et les intérêts sont remboursés en même temps (crédit amortissable), soit les intérêts sont dans un premier temps remboursés et le capital l’est en une seule fois au terme de l’opération (crédit dit « in fine »). Tous les types de crédit fonctionnent de cette manière quel que soit l’âge de l’emprunteur.

Mais, avec l’âge, la situation se complique. D’abord parce que, une fois à la retraite, les seniors voient leurs revenus diminuer et il leur est plus difficile d’assumer des mensualités de remboursement.

Ensuite, les banques sont beaucoup plus frileuses pour prêter de l’argent à des seniors car elles prennent un plus grand risque de ne pas pouvoir être remboursées au final. C’est pourquoi elles hésitent beaucoup à prêter de l’argent à des personnes de 70 ans et plus qui présentent souvent, en plus, des antécédents médicaux et dont la probabilité de ne pas pouvoir rembourser le prêt est plus importante. En raison de ce risque accru, les organismes bancaires appliquent le plus souvent des taux d’intérêt élevés aux seniors qui veulent emprunter.

Les assurances obligatoires (ou non) liées à un crédit sont aussi en général plus onéreuses pour un senior qui souhaite emprunter. C’est le cas par exemple de l’assurance décès-invalidité ou de l’assurance-emprunteur. Si avant 65 ans généralement, ce type d’assurance est négocié auprès d’organismes spécialisés pour obtenir les tarifs les plus intéressants possibles, passé cet âge, l’emprunteur se verra proposer des contrats individuels forcément plus chers et avec des clauses différentes par rapport à une personne plus jeune qui fait un crédit.

Une étude récente du Parisien arrive à la conclusion qu’un crédit coûte 5 fois plus cher à une personne de 65 ans qu’à une de 40 ans.

Les solutions pour emprunter passé un certain âge

Même si d’une manière générale les banques craignent d’accorder un prêt passé un certain âge, la plupart d’entre elles, heureusement, s’adaptent à la démographie et au vieillissement de la population notamment, et acceptent de prêter à des seniors qui peuvent rembourser leurs mensualités même au-delà de l’âge de 80 ans.

En matière d’emprunt immobilier par exemple, les organismes bancaires proposent des crédits modulables (appelés « contrats seniors ») s’ils sont pris avant l’âge de la retraite, c’est-à-dire dont les mensualités de remboursement s’adaptent à cette diminution de revenus due à la cessation de son activité. Ainsi, le montant des mensualités est programmé dès le départ pour baisser de 30 % à 90 % selon les contrats une fois que l’emprunteur est à la retraite. Les premières mensualités d’un tel crédit sont donc beaucoup plus élevées au début du remboursement. Attention toutefois, les banques demandent à respecter un certain délai (au minimum 2 ans) avant la date prévue de cessation d’activité pour pouvoir bénéficier d’un tel emprunt.

Concernant les assurance liées à un emprunt, une récente loi n’oblige plus l’emprunteur à souscrire celles de son établissement prêteur. Passé un certain âge, il est vivement conseillé donc de faire jouer la concurrence entre plusieurs offres pour obtenir des tarifs intéressants avec le même niveau de garanties. D’autre part, pour les personnes présentant ou ayant présenté un risque aggravé de santé, comme cela peut être le cas lorsque l’on avance en âge, il existe la convention « Aeras » qui permet à une personne « d'obtenir à des conditions spécifiques un prêt immobilier qu'elle ne pourrait pas obtenir dans les conditions standards d'assurance ». Il est possible de bénéficier de cette convention, et donc d’emprunter plus facilement, à condition d'avoir moins de 70 ans à la fin du remboursement du prêt, que la part assurée de l'emprunt ne dépasse pas un montant de 320 000 euros, hors prêt relais, et d’être solvable. Le coût important des assurances liées à un emprunt peut également être remplacé par un prêt hypothécaire qui apporte le bien acheté comme garantie ou par ce que l’on appelle un « nantissement », c’est-à-dire que l’emprunt est gagé sur un contrat d’assurance-vie ou sur les biens déjà détenus.

Plus l’emprunteur avance en âge, plus les banques exigeront également de lui un apport conséquent, d’au minimum 30 % de la somme prêtée. Disposer de revenus réguliers et ne pas être déjà trop endetté permet aussi aux seniors d’emprunter plus facilement.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Partagez votre expérience, donnez votre avis !

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller ou à recopier : VTj6eZ

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Continuez votre lecture

  • Qu'est-ce qu'un acte de notoriété ? Qu'est-ce qu'un acte de notoriété ? L’acte de notoriété est le nom donné à l’acte dressé par un notaire dans le cadre du règlement d’une succession. Il permet d’identifier les héritiers, de préciser leur degré de...
  • Peut-on choisir ses héritiers en toute liberté ? Peut-on choisir ses héritiers en toute liberté ? La loi française impose des restrictions en matière de liberté de choix de ses héritiers dans le but de protéger les ascendants et les descendants d’une personne décédée. Toutefois, à...