Vous êtes ici : Les dossiers de Senior Magazine > Famille & Société > Le baluchonnage, une idée originale pour les aidants : explication

Le baluchonnage, une idée originale pour les aidants : explication

Le baluchonnage, aussi appelé le relayage, fait partie des solutions innovantes d’aide au répit pour les proches aidants d’une personne âgée, qui sont près de 10 millions aujourd’hui en France. Cette pratique permet également le maintien à domicile de la personne dépendante concernée. Explications.

Le baluchonnage, une idée originale pour les aidants : explication

Qu’est-ce que le baluchonnage ?

Le baluchonnage a été créé au Québec en 1999 par Marie Gendron, une infirmière et chercheuse en gérontologie. Il s’agit d’une marque déposée "le Baluchon d’Alzheimer®" qui suppose l’adhésion à une convention d’affiliation. C’est pourquoi, en France, cette pratique est appelée "relayage".

Le baluchonnage consiste à remplacer temporairement un proche aidant d’une personne âgée dépendante qui réside à son domicile, lui permettant de prendre un peu de repos ou du temps pour des activités personnelles. Le baluchonnage est particulièrement proposé aux familles de personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Un "baluchonneur" (ou baluchonneuse) vient remplacer l’aidant pendant son temps de répit au domicile de la personne dépendante et pendant une durée déterminée. Il s’agit de professionnels (auxiliaire de vie, aide à domicile, aide-soignant, etc.) formés dans l'accompagnement des personnes en perte d'autonomie et habilités par des associations, des structures spécialisées pour les personnes âgées ou des collectivités, avec qui la famille ou les proches signent un contrat de prestation. La durée de présence d’un baluchonneur peut aller de quelques heures jusqu’à une dizaine de jours et ce, 24h/24, de jour comme de nuit.

Le baluchonneur effectue toutes les tâches normalement réalisées par l’aidant, de la préparation des repas à la toilette en passant par l’accompagnement de la personne âgée dans ses déplacements ou encore le ménage. Cette personne, en revanche, ne remplace pas les professionnels de santé tels que les infirmiers, les kinésithérapeutes, etc.

Pour préparer le mieux possible le remplacement de l’aidant pendant son absence, le baluchonneur visite au préalable le domicile de la personne âgée en présence de l’aidant, afin de connaître ses habitudes et les aides dont elle bénéficie en temps normal.

Les avantages du baluchonnage

Le premier avantage du baluchonnage est de permettre au proche aidant d’une personne âgée de souffler un peu ou de s’adonner à des activités personnelles, en étant remplacé pour une durée déterminée par une personne de confiance.

Cette pratique est également bénéfique pour la personne âgée elle-même qui ainsi peut rester à son domicile le temps de l’absence de son aidant. Le baluchonnage ne lui fait pas subir de changements de rythme de vie, qui peuvent être néfastes dans certains cas sur sa santé psychologique et physique. La personne âgée peut rester dans son cadre habituel. D’autre part, généralement, c’est une même et seule personne qui vient s’occuper d’elle jusqu’à 48 heures d’affilée durant le baluchonnage, pour éviter trop de changements pour la personne âgée.

L’expérimentation du baluchonnage en France

Si le baluchonnage est reconnu et réglementé au Québec, ce n’est pas encore véritablement le cas en France même si des expériences sont menées depuis une dizaine d’années.

Cette pratique se heurte notamment aux règles de conditions de travail et de repos définies par le Code du travail français qui interdit entre autres de faire travailler un employé plus de 13 heures d'affilée. Toutefois la loi "Pour un État au service d'une société de confiance" (dite loi ASV), votée en août 2018, a introduit dans son article 29 une expérimentation sur trois ans qui permet de déroger au droit du travail pour encourager le baluchonnage.

Ainsi, la durée de travail chez une personne âgée dépendante ne peut pas être supérieure à 6 jours consécutifs. Une même personne ne peut pas exercer plus de 94 jours de baluchonnage par période de 12 mois consécutifs. La durée de repos est normalement de 11 heures consécutives. Si elle ne peut pas être appliquée, elle donne le droit à un repos compensateur au baluchonneur. La loi autorise également qu’aucune durée maximale de travail de nuit et qu’aucune règle relative aux temps de pause n’entravent le baluchonnage.

Le baluchonnage, dont le coût varie entre 110 et 620 euros pour une journée, est pris en charge par les familles. En revanche, l’Allocation personnalisée d’autonomie (Apa) ou la Prestation de compensation du handicap (PCH) peuvent permettre de le financer en partie. Mais son réel financement reste encore à définir en France.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Partagez votre expérience, donnez votre avis !

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller ou à recopier : HnLjPh

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Continuez votre lecture