Vous êtes ici : Les dossiers de Senior Magazine > Finance & Patrimoine > Prévoyance obsèques : à quel moment faut-il y penser ? Avant ou après le retraite ?

Prévoyance obsèques : à quel moment faut-il y penser ? Avant ou après le retraite ?

Prévoyance obsèques : à quel moment faut-il y penser ? Avant ou après le retraite ?

4,3 millions de Français étaient couverts par une prévoyance obsèques en 2016 selon les chiffres de la Fédération française de l’assurance. Ces Français ont fait le choix de constituer un capital pour couvrir les frais liés à leurs futurs obsèques. Leurs proches sont ainsi exemptés de prendre en charge financièrement les funérailles, dont le coût est élevé.

La prévoyance obsèques permet aussi au souscripteur de définir à l’avance les prestations qu’il souhaite pour ses obsèques. Une bonne solution aussi pour dégager son entourage de prises de décisions difficiles au moment du décès. Alors quand faut-il commencer à penser à prendre une prévoyance obsèques ? Faut-il attendre d’être à la retraite ?

La prévoyance obsèques, qu’est-ce que c’est ?

Un contrat prévoyance obsèques, aussi appelé assurance obsèques, consiste à constituer un capital de son vivant qui sera mis à la disposition de proches désignés au contrat au moment du décès du souscripteur, pour organiser ses funérailles. Ce contrat prévoit également que le bénéficiaire détermine les grandes lignes de ses obsèques comme par exemple son choix d’être inhumé ou d’être incinéré, le choix du cercueil, etc. Il choisit aussi l’agence de pompes funèbres qui sera chargée d’organiser ses obsèques. Le souscripteur définit lui-même le montant du capital qu’il veut voir attribuer à ses obsèques et donc accumuler. C’est une bonne manière de soulager les proches du défunt au moment du décès, toujours douloureux. D’un point de vue financier, d’une part, mais aussi en termes d’organisation pratique d’autre part. Avec la prévoyance obsèques, les proches sont certains de respecter les dernières volontés du défunt.

Les modalités de versement des cotisations pour constituer un capital peuvent prendre plusieurs formes :

  • des cotisations viagères versées pendant tout la durée de vie du souscripteur annuellement, trimestriellement ou mensuellement. Elles sont souvent peu élevées compte tenu de la durée de versement
  • des cotisations temporaires versées pendant une période déterminée, généralement entre cinq et vingt ans, une fois par an, par trimestre ou par mois
  • une prime unique constituée par un seul versement d’argent au moment de la signature de la prévoyance obsèques.

Attention toutefois : ce type de contrat ne stipule pas dans tous les détails comment le capital accumulé, et en particulier celui qui reste après avoir payé toutes les factures liées aux obsèques, pourra être utilisé au moment du décès du bénéficiaire. En d’autres termes, il n’existe aucune garantie concernant l’utilisation de cet argent.

De plus, la prévoyance obsèques procure un rendement généralement plus faible que d’autres placements. Enfin, si le souscripteur peut choisir l’agence de pompes funèbres, en réalité son choix est limité à des sociétés que le prestataire avec qui il signe son contrat lui présente. La prévoyance obsèques est proposée par les compagnies d’assurances et les agences bancaires.

Il est préférable de souscrire une prévoyance obsèques avant la retraite

Il n’y a pas d’âge minimum et maximum défini pour souscrire une prévoyance obsèques. Dans les faits, la majorité des personnes qui signent un tel contrat d’assurance le font entre 50 et 60 ans, avant d’être à la retraite donc. En revanche, la plupart des prestataires de prévoyance obsèques fixe un âge limite : 80 ans pour des cotisations de type viagères et 70 ans pour celles temporaires ou pour un versement unique.

En matière de prévoyance, et même lorsqu’il s’agit de prévoir l’organisation de ses obsèques, il est toujours plus intéressant de s’y prendre le plus tôt possible, d’autant que les cotisations de cette assurance sont calculées en fonction de l’âge du souscripteur. Souscrire tôt est donc synonyme de cotisations plus faibles, puisqu’elles augmentent avec l’âge, et de versements pendant une période déterminée, donc limités dans le temps, souvent dix à quinze ans. C’est pourquoi, commencer à cotiser pour une assurance obsèques quand on a encore une activité professionnelle permet de se libérer de ces versements d’argent une fois à la retraite, quand le niveau de vie diminue.

D’autre part, penser à une prévoyance obsèques bien à l’avance n’empêche pas de la modifier par la suite. La législation vous permet en effet de réviser à tout moment les choix que vous aviez stipulés à la signature de votre contrat, et ceci sans frais supplémentaires.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Partagez votre expérience, donnez votre avis !

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller ou à recopier : u9SeCd

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Continuez votre lecture