Vous êtes ici : Les dossiers de Senior Magazine > Finance & Patrimoine > Quelle différence entre l'assurance décès et l'assurance obsèques ?

Quelle différence entre l'assurance décès et l'assurance obsèques ?

Quelle différence entre l'assurance décès et l'assurance obsèques ?

On confond très souvent l’assurance décès avec l’assurance obsèques. Or, même s’il s’agit dans les deux cas d’une contribution financière constituée pour protéger ses proches après son décès, l’assurance obsèques est beaucoup plus restrictive. Elle permet de mettre de côté une somme destinée à payer ses funérailles. L’assurance décès, elle, donne l’occasion de verser une somme sous forme de capital ou de rente à ses proches après sa mort.

L’assurance obsèques sert à financer ses funérailles

L’assurance obsèques, aussi appelée convention obsèques, permet de prévoir à l’avance, et de mettre de côté, une somme qui servira à payer ses funérailles et, dans certains cas, même de les organiser. L’objectif est de prémunir ses proches financièrement quand on sait que le coût moyen des obsèques en France est de 3 350 euros.

L’assurance obsèques est un contrat d’assurance par lequel le souscripteur détermine le montant qu’il souhaite capitaliser pour financer ses obsèques. Les frais ainsi prévus sont liés à la sépulture, au type de funérailles (crémation ou inhumation), aux démarches administratives et à d’autres frais divers comme les fleurs, les faire-part, les soins de conservation, etc.

Le souscripteur désigne un bénéficiaire de son assurance obsèques. Ce dernier peut être une personne physique ou une personne morale comme une entreprise de pompes funèbres par exemple.

Le capital est versé par l’assureur au bénéficiaire dans les 48 heures qui suivent le décès du souscripteur. S’il s’agit d’un proche, ce dernier est libre de choisir le prestataire qui va organiser les funérailles. S’il s’agit d’une société funéraire, l’assureur lui verse le capital en règlement partiel ou total des obsèques.

Dans le cas des contrats d’assurance obsèques qui prévoient l’organisation des funérailles en plus de leur financement, un contrat de prestations funéraires est signé par le souscripteur par lequel il organise à l’avance les détails de la cérémonie de ses obsèques. À tout moment, il peut modifier la nature des prestations définies dans le contrat et même changer d’opérateur funéraire.

Il existe différentes modalités de cotisations pour l’assurance obsèques. Soit un versement unique à la signature du contrat, soit des versements réguliers (mensuels, annuels, etc.) pendant une période déterminée, soit, enfin, des versements jusqu’au décès.

L’assurance décès est un capital financier versé aux proches après sa mort

L’assurance décès ressemble énormément à l’assurance obsèques dans sa forme. La principale différence réside dans le fait que le capital constitué n’est pas exclusivement réservé au financement des funérailles. L’assurance décès est un contrat d’assurance vie. Elle permet de constituer une réserve d’argent pour ses proches. Cette assurance couvre souvent les éventuelles dettes du défunt et les droits de succession. Au décès du souscripteur, l’argent d’une assurance décès peut être versé aux bénéficiaires désignés sous forme de capital ou de rente.

Le souscripteur de l’assurance décès a également la possibilité de prendre des garanties supplémentaires dont notamment celle qui peut le prémunir financièrement en cas de perte d’autonomie. Dans ce cas, le capital qu’il a constitué lui est versé sous forme de rente pour couvrir les frais liés à sa dépendance. D’autres garanties qui couvrent des risques particuliers comme l’incapacité de travail, l’invalidité, la perte d’emploi ou le décès par accident sont souvent proposées dans le cadre d’une assurance décès.

Les assurances décès sont souvent proposées aux particuliers à l’occasion d’un emprunt. Elles peuvent également être souscrites collectivement par une entreprise ou une association par exemple.

À savoir : l’assurance décès bénéficie d’une fiscalité avantageuse. Les bénéficiaires du contrat ne paient pas de droits de succession jusqu’à une hauteur de 152 000 euros.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Partagez votre expérience, donnez votre avis !

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller ou à recopier : wXrjRG

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Continuez votre lecture