Vous êtes ici : Les dossiers de Senior Magazine > Retraite & Pension > Le système de retraite français est-il universel ? Quel est-il à l'étranger ?

Le système de retraite français est-il universel ? Quel est-il à l'étranger ?

Avec le vieillissement de la population et l’augmentation du nombre de retraités, dans tous les pays, les systèmes de retraite sont en profonde mutation pour pouvoir, d’un côté garantir une pension minimum à l’ensemble de la population, et de l’autre, permettre à chaque salarié d’améliorer sa pension en fonction de ses moyens.

Le système français basé sur les principes de répartition et de solidarité entre les citoyens et les générations devrait aller vers un système universel davantage construit sur les cotisations individuelles de chaque salarié. Qu’en est-il ailleurs ?

Le système de retraite français est-il universel ? Comment ça se passe à l'étranger ?

Comment fonctionne le système de retraite français ?

Le système de retraite français a été mis en place au lendemain de la seconde Guerre mondiale. En 1945, le régime général des salariés du privé est créé. Le principe de base est le suivant : ces salariés doivent cotiser à l’assurance vieillesse quel que soit le montant de leur salaire. Avec la généralisation de la Sécurité sociale à l’ensemble des citoyens en 1946, il était prévu que toute la population active, et non plus seulement les salariés du privé, bénéficierait également de cette assurance vieillesse. Cette réforme n’a pas abouti et il existe encore maintenant différents régimes de retraite : le régime général, les régimes de la fonction publique, les régimes des non-salariés et les régimes spéciaux de retraite des marins, des mineurs, des employés de la SNCF, de la RATP, de la Banque de France ou encore de l’Opéra de Paris ou de la Comédie française.

Le système de retraite français est dit "par répartition", c’est-à-dire que les cotisations versées par les actifs paient les pensions des retraités. Autrement dit, les cotisations retraite versées par ceux qui travaillent sont immédiatement utilisées pour payer les pensions des retraités. Il s’agit d’un système de retraite régi par la solidarité entre les générations. D’autre part, tout en cotisant en tant qu’actif, les salariés s’ouvrent des droits pour leur future retraite de base et complémentaire.

Le système de retraite français par répartition est un système qualifié de "contributif" : la pension des retraités est proportionnelle au montant des cotisations qu’ils ont versées durant leur carrière professionnelle. C’est aussi un système solidaire. Les chômeurs, les salariés en arrêt maladie ou encore les parents en congés parental acquièrent des droits à la retraite sans pour cela cotiser au système de retraite. Dans le système de retraite français, les personnes âgées d’au moins 65 ans, qui n’ont jamais travaillé ou qui ont cotisé trop peu, reçoivent une allocation spécifique, le "minimum vieillesse".

Quels sont les systèmes de retraite à l’étranger ?

Une retraite minimum au Royaume-Uni

Le système de retraite au Royaume-Uni fonctionne de manière très différente qu’en France. Les retraites sont en effet financées par l’impôt et l’État reverse ensuite aux personnes âgées une pension modeste dont l’objectif est de leur permettre d’obtenir un revenu minimum. Ainsi, le système anglais dissocie les cotisations retraite versées par les salariés des pensions reçues une fois à la retraite. Pour s’assurer un niveau de vie digne de ce nom, les retraités anglais doivent épargner par leurs propres moyens au préalable.

Un système de répartition en Suède et en Italie, mais individualisé

En Suède et en Italie, le choix a été fait de mettre en place un système de retraite basé sur des régimes dits en "comptes notionnels". Cela veut dire que chaque actif voit ses droits à la retraite inscrits sur un compte personnel dont la rentabilité est indexée sur la croissance de l'économie. Ses droits dépendent des cotisations versées tout au long de la carrière professionnelle. Une fois à la retraite, la pension qui est versée est calculée en fonction des droits accumulés et d’un indicateur, l’espérance de vie à la retraite de la génération de l’assuré. Mais les systèmes italien et suédois sont des systèmes par répartition, comme en France, où les cotisations des actifs sont utilisées pour payer les pensions des retraités.

Vers un système de retraite universel en France ?

Pour réformer son système de retraite, la France semble se diriger vers un système dit "universel". La volonté est d’abord de mettre fin à la multitude de régimes de retraite existants et de créer un système unique pour tous les salariés. De plus, ce système de retraite universel devrait prendre la forme d’un système par points, c’est-à-dire que chaque actif cotise et accumule un nombre de points chaque année. Une fois à la retraite, la pension est calculée en fonction d’une valeur de ce point, en euro. Ce système par points est déjà celui appliqué en France dans les régimes de retraite complémentaire. Mais, comme en Suède et en Italie, le système des comptes notionnels aurait la faveur des dirigeants actuels.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Partagez votre expérience, donnez votre avis !

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller ou à recopier : qyzCSj

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Continuez votre lecture