Vous êtes ici : Les dossiers de Senior Magazine > Retraite & Pension > Passer sa retraite à l'étranger : avantages, inconvénients, précautions à prendre

Passer sa retraite à l'étranger : avantages, inconvénients, précautions à prendre

Partir s’installer à l’étranger à l’heure de sa retraite tente de plus en plus de Français pour profiter souvent d’un climat plus doux, mais aussi pour avoir un pouvoir d’achat plus élevé. Près d’un million de retraités ont déjà sauté le pas.

Ces départs sont aussi facilités par le développement des moyens de communication qui permettent de rester en contact presque physique et à tout moment avec ses proches en France, par les vols low-cost toujours plus nombreux et par les politiques incitatives de certains pays, notamment en matière fiscale, pour attirer les retraités chez eux.

Mais s’expatrier à l’heure de la retraite est un véritable changement de vie qui demande à être préparé très en amont pour avoir toutes les chances de réussir et qui a des conséquences en matière fiscale, juridique et sociale notamment.

Passer sa retraite à l'étranger

Quelles sont les conséquences d’une installation à l’étranger pour sa retraite ?

S’installer à l’étranger pour passer sa retraite est la plupart du temps motivé par l’envie de rejoindre un pays au climat plus clément ou que l’on connaît bien pour y avoir séjourné souvent, notamment à l’occasion de ses vacances. De nombreux retraités partent ainsi vivre en Espagne, au Portugal, en Italie ou au Maroc. Mais, pour les retraités qui sont confrontés à une baisse de revenus, leur motivation peut être également animée par le souhait de vouloir garder, voire augmenter, leur pouvoir d’achat une fois à la retraite.

C’est entre autres dans ce but que certains retraités partent vivre dans des pays d’Afrique, d’Asie du Sud-Est ou d’Amérique latine où le coût de la vie est moins élevé qu’en France. Quelles que soient les motivations, passer sa retraite à l’étranger entraîne des conséquences dans un certain nombre de domaines.

La pension de retraite

S’installer à l’étranger au moment de sa retraite n’empêche pas de recevoir les pensions qui vous sont dues. Certains régimes de retraite demandent que vous leur fournissiez une "attestation d’existence" ou un "justificatif d’existence" pour vous verser votre retraite. Ces documents sont à remplir par les autorités locales compétentes du pays où vous résidez, soit la mairie, soit l’ambassade ou le consulat, pour preuve de votre véritable installation dans leur pays.

En revanche, certaines allocations allouées aux seniors ne peuvent plus être versées. Il s’agit des allocations de solidarité qui visent à garantir un minimum de ressources aux personnes dont les revenus sont peu élevés telles que l’allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspas) et l’allocation supplémentaire d’invalidité (ASI).

La fiscalité

Plusieurs cas se présentent en ce qui concerne vos impôts. Vous continuez de les payer en France si vous y vivez plus de 183 jours par an ou si votre foyer et vos intérêts économiques sont situés en France. Si vous ne remplissez aucune de ces conditions, votre imposition va dépendre de la convention fiscale signée entre la France et votre pays d’adoption.

Les cotisations sociales

Lorsque vous vous installez à l’étranger pour y passer votre retraite et que vous n’êtes plus domicilié fiscalement en France, la Contribution sociale généralisée (CSG), la contribution à la réduction de la dette sociale CRDS et la contribution additionnelle de solidarité pour l'autonomie (Casa) ne sont plus prélevées sur votre retraite. En revanche, une cotisation d’assurance maladie de 3,2 % pourra être prélevée sur votre retraite de base et de 4,2 % sur votre retraite complémentaire. Pour les retraités artisans, commerçants et professions libérales, cette cotisation est de 7,1 %. Elle est prélevée sur leur seule retraite de base.

L’assurance maladie

La prise en charge des soins médicaux des retraités du régime de sécurité sociale qui s’installent à l’étranger dépend de leur pays de résidence. Si vous comptez vivre votre retraite en Europe dans un État membre de l'Union européenne/Espace économique européen (voir la liste sur le site ameli.fr) ou en Suisse, vous devez informer de votre départ et de votre nouvelle adresse à l’étranger votre caisse d’assurance maladie et votre caisse de retraite. Cette dernière vous fournira un formulaire "S1" qui vous permettra de transférer vos droits à l’assurance maladie dans votre pays d’accueil.

Vous bénéficierez ainsi de la prise en charge de vos soins médicaux selon la législation et les formalités en vigueur dans ce pays. Lors de vos séjours en France, vos dépenses de santé continueront à être prises en charge par le régime d’assurance maladie français à l’aide de votre carte vitale que vous conserverez. Attention : les frais médicaux coûtent très cher dans certains pays par rapport à la France. Il est conseillé dans ce cas de souscrire un contrat d’assistance ou d'assurance pour garantir le remboursement des frais engagés et le rapatriement sanitaire en cas de maladie à l'étranger si besoin ou de vous affilier à la Caisse des Français de l’étranger (CFE).

Si vous partez vous installer dans un pays hors de l’Union européenne pour votre retraite, l’assurance maladie ne couvre plus vos frais de santé. Toutefois, "Certains États (hors UE/EEE) ont signé une convention de sécurité sociale avec la France pour permettre aux retraité(e)s affilié(e)s au régime français et résidant sur leur territoire de pouvoir se faire rembourser leurs frais de santé sur leur lieu de résidence" comme l’indique l’Assurance maladie.

Vous trouverez toutes les réponses concernant la protection sociale des retraités qui vivent à l’étranger sur le site du Centre des liaisons européennes et internationales de sécurité sociale (Cleiss).

Quelles sont les précautions à prendre avant de partir s’installer à l’étranger pour sa retraite ?

Quitter ses racines, sa famille, ses amis, pour aller vivre à l’étranger au moment de sa retraite n’est pas une décision anodine à prendre à la légère. Ce n’est pas la même chose de vivre dans un pays étranger pendant ses vacances que tout au long de l’année. L’idéal est de pouvoir s’y installer d’abord pendant quelques mois pour appréhender la vie quotidienne. Il faut se mettre aussi à apprendre la langue dans les pays non francophones, si ce n’est pas déjà le cas. Il faut faire en sorte également de se créer un réseau amical pour s’intégrer plus facilement dans son nouveau pays de résidence.

Préparez très tôt votre départ à l’étranger pour votre retraite. Il vous faut en effet avoir la garantie, par exemple, que vous serez bien protégé en matière de santé dans votre nouveau pays de résidence et entamer des démarches pour vous couvrir au maximum face à ces aléas.

Achetez, faire construire ou louer votre habitation à l’étranger pour y vivre votre retraite n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît. Vous devez au préalable bien connaître la législation et les garanties en vigueur dans le pays que vous souhaitez rejoindre pour vous éviter les surprises de taille une fois sur place.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Partagez votre expérience, donnez votre avis !

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller ou à recopier : ct6Bak

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Continuez votre lecture