Vous êtes ici : Les dossiers de Senior Magazine > Finance & Patrimoine > Le viager, y avez-vous pensé ?

Le viager, y avez-vous pensé ?

Sénior en viagerDe plus en plus de français réfléchissent au viager : cela viendrait-il de la conjoncture économique ? De la crise du logement ? D’un phénomène de mode ?

Toujours est-il que le viager a séduit plus de 7800 personnes en 2010, en effet ce chiffre en constante évolution reflète simplement l’intérêt que les français portent à ce système d’achat immobilier encore peu commun.

Définition

Le viager combine à la fois la vente d’une demeure et la constitution d’une rente viagère au profit du vendeur. Cette rente se fait pour paiement de tout ou d’une partie de son prix et prend fin au décès du vendeur.

Cette définition simplifiée demeure encore assez académique, nous allons l’éclaircir avec de plus amples informations, dans les quelques points suivants.

Explications

Le vendeur (également nommé "crédirentier") est la personne qui vend sa demeure à un acheteur (ou "débirentier"). Pour que la vente se fasse il faut que les deux parties passent un accord, selon lequel un bouquet ainsi que des rentes viagères seront évaluées. Ce contrat sera finalement validé par un notaire. Le débirentier devra payer tous les mois une somme d’argent forfaitaire au crédirentier et ce, jusqu’à la mort de ce dernier. On peut noter que la demeure peut être occupée ou non pendant toute la durée du viager (dans le cadre d’une résidence secondaire par exemple).

Ce système permet donc au vendeur de s’assurer des revenus supplémentaires et de pouvoir améliorer quelque peu son quotidien. Alors que l’avantage principal pour l’acquéreur réside en un pari osé et aléatoire sur l’avenir et la bonne santé du crédirentier. En effet, comme l’acheteur doit payer les rentes jusqu’à la mort du propriétaire des lieux qu’il convoite, il espérera toujours faire une bonne affaire, l’objectif principal étant pour lui d’arrêter de payer ses rentes le plus rapidement possible (à la mort du crédirentier).

Maison en viagerCependant ne soyez pas effrayé par ce système, la loi encadre très bien ces pratiques, et les notaires ne valident que les contrats en bonne et due forme. Les rentes mensuelles ainsi que le bouquet seront d’ailleurs calculés et négociés en fonction de votre âge, de votre santé, de la valeur du taux d’emprunt (hors inflation) du montant du capital équivalant à la valeur de votre lieu d’habitation et bien évidement de la valeur de votre bien immobilier. Ainsi, vous serez assuré d’éviter bon nombre d’arnaques.

Des mesures de nullité de contrat ont été prises, notamment si le vendeur meurt dans les 20 jours suivants la signature de l’acte de vente, si le vendeur décède rapidement d’une maladie qu’il avait contractée avant la ratification du contrat ou si les rentes viagères ou la valeur du bouquet initial sont très inférieures à la valeur du prix du bien vendu.

Le viager comporte beaucoup d’avantages tant pour le débirentier que pour le vendeur, alors pourquoi ne pas demander plus d’informations et se lancer dans l’aventure du viager ?

Pour plus d’informations rendez-vous sur : http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F2762.xhtm

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Partagez votre expérience, donnez votre avis !

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller ou à recopier : H8N99g

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Continuer votre lecture