Vous êtes ici : L'actualité avec Senior Magazine > Actualités des seniors > Canicule de 2019, a-t-on su tirer les enseignements de celle de 2003 pour les seniors ?

Canicule de 2019, a-t-on su tirer les enseignements de celle de 2003 pour les seniors ?

Avec la canicule de 2019, a-t-on su tirer les enseignements de celle de 2003 pour les seniors ?

Tout le monde se souvient de la canicule du mois d’août 2003 qui a été exceptionnelle par sa durée (2 semaines), son intensité et son ampleur sur le territoire national. Elle a eu pour conséquence une surmortalité de 15000 personnes, dont la plupart étaient des personnes âgées.

Les seniors font en effet partie des personnes les plus sensibles en cas de très fortes chaleurs en raison notamment des risques de déshydratation et de malaises qui peuvent leur être fatals. L’été 2019 vient de débuter avec son premier épisode de canicule. Des records de chaleur de l’ordre de 45°C, jamais encore enregistrés jusqu’à maintenant, ont été battus en France. A-t-on tiré les enseignements de la canicule de 2003 pour protéger les seniors lors de ce premier épisode de températures accablantes ?

Un enseignement majeur : la mise en place du Plan national canicule (PNC)

Devant l’ampleur de la surmortalité survenue principalement chez les seniors, la canicule de l’été 2003 a été le déclencheur, d'une part, d’une prise de conscience de l’obligation de prévenir et d’alerter la population sur les risques encourus pour la santé à l’occasion de très fortes chaleurs qui durent dans le temps, et d'autre part, de mettre en place un réseau de surveillance en particulier pour les personnes âgées. De cette expérience est né le Plan national canicule (PNC).

Le PNC, composé de plusieurs niveaux suivant l’intensité de la canicule, est déclenché systématiquement le 1er juin de chaque année. Il comporte à la fois des dispositifs d’information et des mesures de prévention des risques liés aux fortes chaleurs. Les autorités n’attendent plus que la canicule soit là pour communiquer mais diffusent en amont, notamment par le biais de dépliants ou d’affiches distribués chez les professionnels de santé, des spots télévisés et diffusés à la radio, les bonnes conduites à tenir (bien s’hydrater, éviter de sortir, passer du temps dans des endroits frais, etc.) dès qu’une canicule est annoncée par Météo France.

Toute la population est concernée, mais depuis l’épisode de la canicule de 2003 qui a fortement touché les seniors, un accent tout particulier est mis sur le fait que chacun prenne des nouvelles des plus âgés de son entourage, l'adoption des bons gestes pour les aider à passer les fortes chaleurs le mieux possible ou l’alerte des secours en cas de constatation d’un malaise chez un senior.

Un numéro "Canicule info service" (0800 06 66 66) est également activé par le ministère de la Santé pour pouvoir s’informer à n’importe quel moment de la journée sur les recommandations à suivre en cas de fortes chaleurs.

Sur tout le territoire, les collectivités, et en particulier les communes, doivent aujourd’hui tenir un registre nominatif des personnes âgées de plus de 65 ans, ainsi que des personnes handicapées, résidant à leur domicile sur leur territoire. Les seniors qui le souhaitent peuvent s’y inscrire eux-mêmes, ou par le biais de leur entourage, afin que les services sociaux puissent organiser des visites régulières de bénévoles ou de professionnels en cas de fortes chaleurs.

Mais encore trop peu de moyens pour faire face à une canicule dans les Ehpad

Les alertes et les actions de prévention du Plan national canicule sont en particulier relayées dans les Établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) à l’attention des personnes âgées les plus fragiles.

Des conduites à tenir lors d’une canicule telles que la fermeture des volets, la création de courants d’air, la surveillance régulière de la température corporelle des résidents ou encore de leur état d’hydratation, sont devenus des gestes systématiques depuis la canicule de 2003. Certains établissements ont aussi investi dans des pièces climatisées, d’autres dans l’achat de brumisateurs par exemple.

Le personnel des Ehpad est bien sûr formé aux actions de prévention et aux bons gestes en cas de canicule, mais, comme le montre la mobilisation de ces professionnels du grand âge depuis plusieurs mois, il manque dans ces établissements beaucoup de salariés (environ 40000 emplois selon l'association des directeurs au service des personnes âgées) pour assurer une réelle et efficace surveillance de chaque senior en cas de très fortes chaleurs comme la France traverse en ce moment.

Écrit par Didier le 02/07/2019
Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter cet article

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller ou à recopier : xBCdTV

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres actualités à découvrir