Vous êtes ici : L'actualité avec Senior Magazine > Actualités des seniors > Senior actif : est-ce qu'une histoire de pouvoir d'achat ?

Senior actif : est-ce qu'une histoire de pouvoir d'achat ?

Les seniors actifs, c’est-à-dire les personnes de 50 à 64 ans – selon les catégories d’âge définies par l’Insee – qui travaillent, sont de plus en plus nombreux en France, même si leur taux d’emploi n’est pas le plus élevé des pays d’Europe. Un certain nombre d’entre eux, notamment ceux dont les pensions sont modestes, restent sur le marché du travail par nécessité pour subvenir à leurs besoins. Mais la hausse du nombre de seniors actifs découle aussi des politiques d’emploi et des réformes des retraites mises en place depuis plusieurs années, favorisant le maintien, et même le retour des seniors sur le marché du travail.

Senior actif : est-ce qu'une histoire de pouvoir d'achat ?

La conséquence des réformes des retraites récentes

62 % des 50-64 ans étaient actifs (en emploi ou en recherche de travail) en 2018 selon l’Insee. Ce taux d’emploi était de 53 %, 10 ans plus tôt, en 2008, soit une progression de près de 10 points. L’institut fait remarquer que cette hausse est davantage marquée pour les 60-64 ans que pour les 50-59 ans et que « la participation des seniors au marché du travail ne cesse de croître depuis 2009 ».

Le nombre de plus en plus important de séniors qui travaillent n’est pas seulement dû à la nécessité de pouvoir terminer convenablement ses fins de mois financièrement. C’est aussi l’une des conséquences des réformes des retraites entamées depuis le milieu des années 1990.

L’âge légal de la retraite a ainsi été repoussé de 60 à 62 ans. De la même manière, l’âge auquel un salarié peut prétendre partir à la retraite à taux plein, quel que soit son nombre de trimestres de cotisations, est passé de 65 ans à 67 ans, âge qui sera appliqué d’ici 2023.

La fin des sorties anticipées du monde du travail

Le taux d’emploi de plus en plus élevé des seniors trouve également son origine dans les politiques d’emploi menées depuis les années 1970, moment à partir duquel le chômage a commencé à grimper en flèche. La priorité sur le marché du travail a alors été donnée aux tranches d’âge plus jeunes. Le retrait des seniors du marché de l’emploi a été favorisé par les négociations menées à cette époque par les partenaires sociaux, notamment par la mise en place de dispositifs de départ à la retraite anticipée. Les seniors ont alors bénéficié de conditions avantageuses pour se retirer du marché du travail.

Depuis la fin des années 1990, cette politique s’est inversée. Le vieillissement de la population et l’allongement de la durée de la vie entraînant un coût de plus en plus important du financement des retraites, une politique de maintien, et même de retour à l’emploi des seniors, est devenu une priorité pour les gouvernements qui se sont succédé. S’est ajoutée également au début des années 2000 une directive européenne dont l’objectif était d’atteindre un taux d’emploi de 50 % chez les 55-64 ans.

Différentes mesures (la retraite progressive, la majoration de la pension de retraite de base, la possibilité de cumuler les revenus d’un emploi avec ceux d’une pension de retraite, des contrats de travail spécifiques pour les seniors) ont donc été prises pour inciter les personnes à continuer à travailler après avoir passé l'âge légal de la retraite.

Les obligations légales et les incitations mises en place depuis plusieurs années entraînent automatiquement l’augmentation du nombre de seniors actifs en France.

Écrit par Didier le 03/06/2019
Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter cet article

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller ou à recopier : 4NefSR

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres actualités à découvrir