Vous êtes ici : Les articles de Senior Magazine > Actualités des seniors > Quels changements pour votre retraite avec la future fusion de l’Agirc et de l’Arrco ?

Quels changements pour votre retraite avec la future fusion de l’Agirc et de l’Arrco ?

 Les retraites après la future fusion de l’Agirc et de l’Arrco

Actuellement, les salariés du secteur privé ne cotisent pas aux mêmes régimes de retraite complémentaire selon qu’ils sont cadres ou non. Tous les salariés, cadres et non cadres, sont obligatoirement affiliés à l'Association pour le régime de retraite complémentaire des salariés (Arrco). Mais les cadres cotisent en plus à l’Association générale des institutions de retraite des cadres (Agirc).

Ces retraites complémentaires comptent pour moitié de la pension des cadres et pour un tiers de celle des non cadres. Ces deux régimes de retraite complémentaire sont gérés par les partenaires sociaux, patronat et syndicats (Medef, CFDT, CFTC et CFE-CGC) qui, pour sécuriser l’avenir des retraites complémentaires et harmoniser les droits des salariés, ont signé en 2015 un accord national interprofessionnel en vue d’une fusion de l’Agirc et de l’Arrco au 1er janvier 2019, qui deviendra le "régime Agirc-Arcco".

De nouvelles règles applicables au 1er janvier 2019

En préparation de la fusion des deux régimes de retraite complémentaire des salariés du privé et pour entériner sa création, les partenaires sociaux viennent de se réunir pour définir des règles communes notamment en matière de réversion et d’avantages familiaux.

Les pensions de réversion versées à partir de 55 ans pour tous les salariés

La pension de réversion complémentaire est actuellement versée au conjoint survivant du salarié à condition qu’il ait 55 ans ou plus. Pour les salariés cadres, l’âge minimum pour percevoir cette pension est de 60 ans. À partir du 1er janvier 2019, cette règle sera donc harmonisée et la pension de réversion pourra être versée à tous les salariés, cadres et non cadres, s’ils ont au moins 55 ans. Le bénéfice de cette pension reste sans conditions de ressources.

Augmentation de la pension versée aux parents de famille nombreuse

Aujourd’hui, le montant de la retraite complémentaire est augmentée de 10 % pour les salariés qui ont eu trois enfants et plus ou qui ont encore un ou plusieurs enfants à charge, avec un montant plafonné à 1 000 euros par an. Avec la fusion de l’Agirc et de l’Arcco, ce plafond augmentera à 2 000 euros par an.

Fusion Agirc-Arcco : les changements de base pour les assurés

La fusion des deux régimes de retraite complémentaire des salariés du privé va permettre concrètement de faciliter les démarches des personnes qui partiront à la retraite à partir du 1er janvier 2019. Contrairement à ce qui se passe actuellement, les cadres nouvellement retraités auront un interlocuteur unique pour leur retraite complémentaire et ils ne recevront plus qu’un seul paiement. D’autre part, les cadres nés à compter du 1er janvier 1957 et qui prendront leur retraite à partir du 1er janvier 2019 connaîtront une conversion de leurs points Agirc en point Agirc-Arcco. Lors de la signature de l’accord de fusion entre les deux régimes de retraite complémentaire en 2015, les partenaires sociaux ont déjà défini des nouvelles règles pour ce régime de retraite complémentaire qui entrera en vigueur dans un peu plus d’un an.

Modification de la valeur d'achat d'un point de retraite

La grande nouveauté qui découle de la fusion des deux régimes complémentaires initiée par les partenaires sociaux est la revalorisation des points de retraite. Ceux-ci sont aujourd’hui revalorisés en fonction de l’inflation, mais à partir du 1er janvier 2019, ils le seront par rapport à l’évolution des salaires. C’est une bonne nouvelle pour les futurs retraités car les salaires progressent plus rapidement que l’inflation. Cependant, les partenaires sociaux se gardent la possibilité de limiter l’augmentation de ce point de retraite pour réaliser des économies.

Mesures incitatives pour retarder la liquidation de la retraite

De nouvelles règles, dites les "bonus-malus", pour inciter les salariés à retarder leur départ à la retraite entreront aussi en vigueur le 1er janvier 2019. Un retraité qui partira à la retraite à l’âge légal verra sa pension de retraite complémentaire diminuée de 10 % les trois premières années. Inversement, ceux qui continueront de travailler bénéficieront d’une pension majorée ; de 10 % pendant un an pour ceux qui travailleront deux ans de plus, de 20 % s’ils attendant trois ans pour partir à la retraite et de 30 % s’ils restent quatre ans après l’âge légal de la retraite sur le marché du travail.

Écrit par Valérie le 07/12/2017
Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter cet article

Prénom ou pseudo

E-mail

Site Internet

Texte

Code de sécurité à copier/coller ou à recopier : 7bvJAp

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres actualités à découvrir